Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

https://www.facebook.com/pages/Baie-de-DouarneneZ-Environnement/136885106338468

L'association est membre de la Coordination Verte et Bleue et adhérente d'Eau et Rivières de Bretagne

http://coordinationverteetbleue.blogspot.fr/http://www.eau-et-rivieres.asso.fr/
e

Publié par bdze

Pour l'instant, il n'existe qu'un plan A : construire dans le secret et la précipitation une usine de séchage d'algues, sur une terre agricole, dans un paysage apprécié des riverains et des promeneurs, sur une commune non soumise à la loi littoral.

Quel pourrait être le plan B ?

  1. considérer en préalable  que la vallée du Juch doit garder sa vocation rurale et agricole et que, si besoin était, un équipement industriel doit être implanté en zone industrielle, la zone de Lannugat étant la plus proche des plages à marées vertes et accueillant déjà une déchetterie,
  2. prendre le temps de la réflexion, de l'étude environnementale et financière de plusieurs solutions alternatives,
  3. Prendre en compte qu'un équipement de séchage est coûteux pour la collectivité et les contribuables, tant en investissement qu'en fonctionnement, alors que la solution du compostage a déjà fait ses preuves, tant à Plonévez Porzay qu'à Douarnenez : 
  • elle est moins coûteuse pour la collectivité : 21 euros la tonne, contre 37 euros la tonne (coût au Lantic (22) pour 6000 tonnes)
  • une plate-forme est déjà en place à Kérioret (Douarnenez) autorisée par le Préfet pour une capacité de 5000 tonnes correspondant au volume maximum d'algues ramassées sur les plages du Ris et de Trezmalaouen depuis plusieurs années (4000 m3, soit 3200 tonnes en moyenne). Les déchets verts devront de toute façon être compostés, autant qu'ils le soient avec des algues vertes,
  • si les algues sont ramassées fraîches, il n'y a pas de risques d'odeurs, ni de dégagements de gaz nocifs pour les personnels
  • le produit obtenu est un compost à base de déchets verts, alors que le produit obtenu après séchage est un "amendement calcique" à base de sable principalement, non encore homologué pour être épandu.

Que fait-on aujourd'hui des algues vertes ramassées ? 

  • communauté de communes Chateaulin-Porzay/ algues ramassées de la plage de Ste-Anne à celle de Pentrez : plate-forme de compostage à Plonévez-Porzay (capacité 10 000 tonnes d'algues vertes)
  • communauté de communes Pays de Douarnenez/algues ramassées sur les plages du Ris et de Trezmalaouen (4000 m3 en moyenne par an) : plate-forme de compostage à Douarnenez (capacité 5000 tonnes d'algues vertes) 
  • communauté de communes Crozon/algues ramassées sur les plages de St-Nic à Morgat : pas de solution pour l'instant. Après un début de stockage illégal dans un bois à Telgruc, envoi à la plate-forme de Plonévez-Porzay.
  • Communauté de communes Cap Sizun/algues ramassées à la Baie des Trépassés : pas de solution locale, envoi à la plate-forme de compostage de Fouesnant.

Parfois également quand le Préfet le permet, ces algues fraîches sont épandues directement dans les champs !

Commenter cet article