Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

https://www.facebook.com/pages/Baie-de-DouarneneZ-Environnement/136885106338468

L'association est membre de la Coordination Verte et Bleue et adhérente d'Eau et Rivières de Bretagne

http://coordinationverteetbleue.blogspot.fr/http://www.eau-et-rivieres.asso.fr/
e

Publié par bdze

vuedugr.JPG

POUR LA SAUVEGARDE DE

LA VALLEE DU JUCH

NON à une usine de séchage d’algues vertes en pleine campagne

Réunion publique d’information

Mardi 8 novembre 2011

20h30 Maison du Nautisme

Port de Plaisance de Tréboul

Douarnenez

À l’invitation du

Collectif de sauvegarde de la vallée du Juch

et de l’association baie de DouarneneZ environnement

 

Un site industriel au cœur de la vallée du Juch, l’un des plus beaux paysages du Pays de Douarnenez :

  Au bout d'ucheminroute.JPGn chemin boisé, le long d'une rivière, sur une terre agricole de 5 hectares, à la croisée de plusieurs chemins de randonnée : une usine de séchage d’algues vertes, bruyante, tournant jour et nuit... arriereusine.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

telegramme.jpg1489044 10849524-dnzalgues3col-20111105-r127d

article et photo dans le Télégramme

Usine d'algues vertes au Juch, on n'en veut pas !

 

Sur fr3 édition locale 7 novembre 2011 19/20
Collectif de sauvegDocument30001.jpgarde de la vallée du Juch

http://info.francetelevisions.fr/video-info/index-fr.php?id-categorie=JOURNAUX_LES_EDITIONS_LOCALES_IROISE

 

 

  

 

 

kergouinet.jpgarriereusine2.JPGgr.JPG

Invitation à visiter le site prévu au Juch pour l'usine :

photos de la vallée du Juch

Et aussi à visualiser ce site industriel : photos de l'usine du Lantic (à l'arrêt)

 

Explications sur le fonctionnement de cette usine

L'usine projetée serait similaire à l'usine expérimentale du Lantic (22). Coût : 3,7 milllions d'euros financés à 80 % par l'Etat (ADEME) dans le cadre du volet curatif du plan algues vertes. Projet porté par les élus communautaires Pays de Douarnenez.

Le principe de cette usine 

  • les algues ramassées (60 % d'eau de mer + 30 % sable et galets) sont mélangées à du "structurant issu de  déchets verts", puis déshydratées  dans des box confinés (pour éviter les émissions de gaz toxiques) grâce à de l'air soufflé, soit à température ambiante, soit chauffé par un "générateur de chaleur" (chaudière) alimenté avec du bois de récupération (palettes)
  • le mélange obtenu d'algues séchées et de sables comportant moins de 20 % de matière organique ne pouvant être considéré comme du compost, attend d'être agréé comme "amendement calcique" pour pouvoir être épandu sur les champs.
  • Le "structurant à base de déchets verts" est récupéré pour un nouveau cycle de séchage (7 réutilisations possibles).

La capacité des box est de 1200 tonnes (6 boxes de 400 m3, dont 200 m3 d'algues vertes) pour 15 jours de séchage à l'air chauffé, 20 jours de séchage si l'air est à température ambiante.

Voir le dossier complet de l'entreprise CNIM

Lire la description de l'usine par le SMICTOM

Lire le rapport de stage d'un étudiant ingénieur mis en ligne

Commenter cet article