Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

https://www.facebook.com/pages/Baie-de-DouarneneZ-Environnement/136885106338468

L'association est membre de la Coordination Verte et Bleue et adhérente d'Eau et Rivières de Bretagne

http://coordinationverteetbleue.blogspot.fr/http://www.eau-et-rivieres.asso.fr/
e

Publié par bdze

Concernant l'élevage industriel porçin à St-Nic, le Conseil de gestion du Parc Marin vient de décider de

  • régulariser la première extension effectuée en 2003, avec raccordement des effluents urbains à la station d'épuration des lisiers (l'autorisation préfectorale initialement accordée en 2003 avait été annulée par le Tribunal administratif en  2007 pour absence d'enquête publique avec étude d'impact environnemental)
  • de ne pas autoriser l'extension demandée.

 

Notre association Baie de Douarnenez Environnement estime que "cette décision est un moindre mal : pour la première fois, un organisme officiel refuse une extension d'élevage. C'est un premier pas e t on peut espérer que cela mettra un point d'arrêt à tout nouveau projet de ce type dans les zones à excédent structurel. D'un point de vue symbolique, la décision de refus de l'extension est satisfaisante" MAIS il nous est permis de nous interroger sur la démarche : la demande d'extension n'était-elle simplement pas un subterfuge pour s'assurer de la régularisation ? Un refus de régularisation aurait été très courageux de la part du Conseil de gestion du parc Marin, mais aurait nécessité de vraies mesures d'accompagnement. Or, pour l'instant, tant du côté de l'Etat que du côté des communautés des communes, les projets curatifs sont préférés aux actions préventives. Pour preuve, le projet annoncé d'usine de séchage  d'algues vertes, financée à 60 % par l'Etat, consistant à chauffer (au bois) les algues mélangées au sable : investissement nécessitant un volume suffisant d'algues pour être "rentabilisé".  

L'association Eau et Rivières de Bretagne trouve "positif" le signal donné par le refus d'extension du Conseil de gestion du Parc Marin, tout en pointant la validation d'un projet basé sur de la monoculture de maïs grain, celle là même dont les  les fuites d'azote sont les plus fortes ! Lire le communiqué

 

Voir dans le Télégramme

Voir dans Ouest France

Voir sur FR3

Commenter cet article

aventurier.over-blog.com 08/06/2011 16:54


Bonjour
Je suis presque certain que le but était de régulariser et cela c'est toujours fait ainsi indiquant la façon de procéder à tous les éleveurs voulant dépasser leurs quotas...quel autre industrie
pourrait procéder de la sorte sans être condamnée à une astreinte jusqu'à rétablissement de la situation ? Il est vrai que toutes les autres industries doivent payer pour la polution qu'elle
engendre!