Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

https://www.facebook.com/pages/Baie-de-DouarneneZ-Environnement/136885106338468

L'association est membre de la Coordination Verte et Bleue et adhérente d'Eau et Rivières de Bretagne

http://coordinationverteetbleue.blogspot.fr/http://www.eau-et-rivieres.asso.fr/
e

Publié par Baie de Douarnenez Environnement (BDZE)

Réponse à Danielle Even, Présidente de la Chambre d'agriculture des Côtes d'Armor

"Double peine"et désespoir des agriculteurs : Réponse de Baie de Douarnenez Environnement à la Présidente de la Chambre d'Agriculture des Côtes d'Armor, Danielle Even

Les propos tenus dans le journal Ouest-France du 3 mars par la Présidente de la Chambre d'Agriculture des Côtes d'Armor, Danielle Even, agricultrice à Saint-Donan, présidente du réseau Agriculteurs de Bretagne nous ont fait réagir ; notre réponse a été publiée sur la page du "Courrier des Lecteurs" de Ouest-France, moins visible que la page de la rubrique "Point de vue" !

La "double peine" des agriculteurs, point de vue de Danielle Even : : http://www.ouest-france.fr/economie/agriculture/la-double-peine-des-agriculteurs-4839531

Réponse de Baie de Douarnenez Environnement à Danielle Even : Pour expliquer « la double peine de l'agriculture » vous accusez « des militants mal dans leur société », qui critiquent violemment et systématiquement les pratiques agricoles. Ne croyez-vous pas qu'il est temps de ne plus dénigrer les personnes pour entamer enfin ce dialogue que tout le monde attend ?

Vous souhaitez que les consommateurs refusent le « made in ailleurs » mais beaucoup de productions bretonnes (porcs, poulets, lait et aussi le bœuf) sont avant tout destinées à l'exportation. Consommer « local » serait donc réservé aux Bretons ?

Vous souhaitez « une agriculture familiale à dimension humaine » mais pourquoi votre syndicat, la FNSEA, défends sans relâche les fermes de 1000 vaches, de 26 000 cochons et de 500 000 poulets ?

Vous souhaitez « une agriculture de qualité garantie d'une meilleure alimentation ». L'engouement pour l'agriculture biologique (20 % d'augmentation en 2016) et pour les volailles élevées en plein air ne sont pas le fait de quelques militants mal dans leur peau ! Les budgets prévus pour les conversions et le maintien ne suffisent pas pour répondre à la demande.

Comme vous, nous pensons que « la vérité du supermarché impose un prix qui ne permet pas à l'agriculture de vivre ».

Comme vous, nous attendons « une amélioration des pratiques de culture et d'élevage afin de maintenir l'emploi dans les zones rurales, de préserver l'environnement, d'entretenir les paysages ».

Nous pensons que c’est l’idéologie de la compétitivité orientée vers les marchés mondiaux, défendue par votre syndicat, par le gouvernement et par la Commission européenne, qui casse les prix, avec les conséquences tragiques et révoltantes que vous décrivez.

Alors ? Évitons les postures et défendons ensemble un modèle agricole différent de cette course à l'agrandissement et au productivisme qui crée le désespoir et élimine les « perdants ».

Commenter cet article