Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

https://www.facebook.com/pages/Baie-de-DouarneneZ-Environnement/136885106338468

L'association est membre de la Coordination Verte et Bleue et adhérente d'Eau et Rivières de Bretagne

http://coordinationverteetbleue.blogspot.fr/http://www.eau-et-rivieres.asso.fr/
e

Publié par Baie de Douarnenez Environnement (BDZE)

 

Compte-rendu et photos de la visite de la ferme de Patrick Quéré, le 12 octobre 2013, à Ty Coat, dans la commune de Dinéault...

S’installer sur une petite ferme. C'est le titre du dernier numéro de la revue Village : de plus en plus en plus de paysans mènent à bien un projet de vie avec quelques hectares. La ferme de Patrick Quéré, agriculteur biologique label ”Nature et Progrès”, correspond bien à cet état d’esprit. Il dispose de trois hectares dont une partie boisée à flan de colline, dans un environnement bien préservé en bordure du Parc d’Armorique, sur la commune de Dinéault.

Nous nous rendons sur place le matin du samedi 12 octobre et nous demandons notre chemin à un jeune agriculteur juché très haut sur un immense tracteur. Il nous indique très gentiment la route mais ajoute : «il n'y’a pas de ferme» ! L’anecdote fait sourire Patrick que nous retrouvons vers 10 h sous un temps gris et légèrement humide.

Le lieu est enchanteur et Patrick qui est un bon bricoleur a retapé la maison et construit une «grange» et de nombreux poulaillers en utilisant surtout du bois. Son idée de départ est justement de faire une «vraie» ferme, telle qui les a connues dans son enfance (Patrick a la soixantaine) : petit élevage, polyculture, fruits, légumes, partie boisée. Pour notre jeune agriculteur sur son tracteur géant, la vraie ferme, c’est tout autre chose ! Mais n’oublions pas le dicton : «deux petites fermes valent mieux qu’une grande»…

Les coucous de Rennes

Le terrain en pente et quelquefois caillouteux rend les cultures difficiles. Miser sur la pousse des arbres est une activité qui suppose des capitaux et du temps…Patrick décide donc d’élever des poulets, des Coucous de Rennes, une race de poule très rustique bien adaptée à la vie en plein air. Nous pouvons voir tout autour des bâtiments les poules se promener dans une quasi liberté car la présence du renard a rendu nécessaire l’installation de discrètes clôtures électriques. Les terrains restent en herbe car Patrick laisse une partie des espaces «au repos», le temps de retrouver un couvert que les poules picorent…Chaque enclos, boisé ou non, dispose d’un joli poulailler en bois où les poules vont se reposer et pondre. Les coqs ont une réputation d’agressivité que Patrick trouve un peu injuste car il peut observer quotidiennement leur «savoir vivre». Il n’y a jamais d’agressivité quand les poules et les coqs grandissent ensemble. Il est plus difficile d’introduire de nouveaux membres dans un groupe qui se connaît.

Les poussins

Les œufs sont couvés dans une couveuse de 600 places. Les poussins naissent après 21 jours d’incubation. Il n’y a pas de problèmes sanitaires dans la mesure où tous les appareils utilisés sont lavés régulièrement et que les poussins ont assez d’espace. Les poussins ne sont pas vaccinés. Ces poussins de Coucou de Renne, labellisés Agriculture Biologique avec mention Nature et Progrès, se vendent facilement au prix de 2,50 € alors qu’un poussin «ordinaire» est vendu 0,60 €.

Poules, coqs et poulets

Une poule prête à pondre se vend 25 €. Les poulets qui sont destinés à la consommation vivent dehors et sont nourris pendant plus de 6 mois d’un mélange de céréales, de triticale et de féveroles que lui fournit un voisin agriculteur bio, à comparer aux 30 jours de vie du poulet «classique» enfermé dans un bâtiment où la lumière est artificielle et l’espace ultra réduit. (Plus de 20 poulets par m2 !!). Il y a quelques coqs «anciens» et magnifiques qui nous rappellent que le coq au vin «était» un plat traditionnel. Des poules (au pot..) de 2 ans et plus sont aussi commercialisées. Même les végétariens convaincus constatent qu’avant d’être «sacrifiés», les poules et les coqs vivent une belle vie.  

Les fruits

Les pommiers plantés en 2002 commencent à «donner». Pas de cidre, mais de la vente directe et aussi compote et jus de pomme. Les fruits rouges sont commercialisés sous forme de gelée.

Le potager

Les tomates, courgettes et courges sont vendues en vente directe tout l'été. L'engrais fourni pour le potager, la serre et les arbres fruitiers provient des poules et des moutons. !

Des productions de grande qualité

Pour tout ce qui est produit sur la ferme la demande est toujours supérieure à l’offre ! Il faut dire que le label Nature et progrès, créé en 1964, est très exigeant avec de nombreux contrôles. Les produits ont du «goût» et le consommateur a la certitude qu’ils sont cultivés sans produits chimiques, en particulier les pesticides, les herbicides et aussi les antibiotiques omniprésents dans l’élevage industriel.

Des moutons qui travaillent bien

Pendant notre visite, un petit groupe de moutons nous a suivi du regard : des moutons Shropshire, une race anglaise qui ne s'attaque pas aux arbres et remplace tondeuses et autres débroussailleuses car Patrick qui a été marin-pêcheur ne supporte plus le bruit des moteurs et aime vivre dans le silence.

Des arbres et du silence

Silence que nous apprécions tout au long de la visite, comme la beauté du site avec les arbres omniprésents «pour préserver la biodiversité». Il y a sûrement beaucoup plus d’arbres sur les 3 ha de Patrick que sur les 100 ha des fermes aux tracteurs géants. Le «Jardin naturel» est partenaire d’Arbres et Compagnie : «avec le Conseil régional et Nature et Progrès, l'opération vise à ouvrir des fermes et jardins où l'on produit sans détruire.

Quéré Patrick, agriculteur biologique, label Nature et Progrès - Ty Coat 29150 Dinéault - 02 98 86 04 17 - 06 80 47 98 41 - patycoat@gmail.com

Visite du Jardin naturel de Patrick Quéré, marin et paysan
Visite du Jardin naturel de Patrick Quéré, marin et paysan

Commenter cet article